Myriam Boyer
Fiche Artiste

Myriam Boyer

Myriam Boyer, tout au long de sa carrière, ne cesse de naviguer entre théâtre, cinéma et télévision. Sur grand écran, elle débute en 1970 avec Agnès Varda dans Nausicaa, puis est dirigée par Jean-Pierre Mocky dans L’Ombre d’une chance (1973). Elle enchaîne les longs métrages sous la direction de grands réalisateurs français comme Claude Sautet, avec qui elle tourne Vincent, François, Paul et les autres... (1974) et Un cœur en hiver (1991), ou Alain Corneau, qui lui offre un rôle dans Série noire (1978) aux côtés de Patrick Dewaere, et un autre dans Tous les matins du monde (1991). Myriam Boyer collabore à deux reprises avec le réalisateur américain John Berry dans Le Voyage à Paimpol (1985) et Il y a maldonne (1987). On la voit souvent incarner des personnages populaires comme dans Un, deux, trois, soleil (1993) de Bertrand Blier, qui lui vaut d’être nominée aux Césars. Avec ce réalisateur, elle a également joué dans Trop belle pour toi en 1989 et plus récemment dans Le Bruit des glaçons. Au théâtre, elle joue autant des pièces d’auteurs classiques que contemporains dont notamment Molière, Shakespeare, Bernard-Marie Koltès, Georg Büchner, Bertolt Brecht, Jean-Claude Grumberg, Laurent Gaudé et Romain Gary. Elle est dirigée par Claude Stratz, Patrice Chéreau, Jorge Lavelli, Daniel Benoin, Bernard Sobel, Jean-Paul Roussillon, Marcel Maréchal, Stéphane Hillel, Brigitte Jaques-Wajeman et Didier Long. Myriam Boyer remporte le molière de la meilleure comédienne en 1997 pour son rôle dans la pièce Qui a peur de Virginia Woolf ? et en 2008 pour La Vie devant soi de Romain Gary. En 1998, elle passe derrière la caméra pour La Mère Christain, long métrage où elle se met en scène dans le rôle d’une tenancière de café. Après avoir joué dans T’aime de Patrick Sébastien, elle joue sous la direction de Chantal Lauby dans la comédie Laisse tes mains sur mes hanches (2002) puis sous celle de Christophe Otzenberger dans Itinéraires (2006). En 2006, Myriam Boyer figure au casting du Roman de gare de Claude Lelouch. En 2008, elle incarne la mère du criminel Jacques Mesrine, incarné à l’écran par Vincent Cassel, dans le diptyque réalisé par Jean-Francois Richet et composé de Mesrine : L’Instinct de mort et Mesrine : L’Ennemi public n°1.