Thomas  Le Douarec
Fiche Artiste

Thomas Le Douarec

Metteur en scène prolixe, Thomas a déjà plus d’une quarantaine de productions à son actif et est aussi à l’aise dans les tragédies que dans les comédies. Pour ses tragédies, il faut retenir Le Cid de Corneille dans une version flamenca ; Vol au-dessus d’un nid de coucou de D. Wasserman au Théâtre de Paris, avec Bernard Tapie et André Falcon ; Les Sorcières de Salem de A. Miller avec Barbara Schulz ; Dommage qu’elle soit une P... de J. Ford créé au Trianon et au Palace avec Jean-Paul Rouves ; Andromaque de Racine au Chêne Noir avec Jean-Charles Chagachbanian et Natacha Amal ; Le Portrait de Dorian Gray au Théâtre Rive Gauche. Pour ses comédies, citons : Le Dindon de G. Feydeau, les Monty Python’s Flying circus n°1, n°2 et Le Best of, trois spectacles adaptés des sketchs des humoristes anglais (Palais des Glaces, Théâtre de Paris, L’Européen, Théâtre du Chêne Noir Avignon, Londres, Dublin, Festival d’Edimbourg, etc.), Des soucis et des potes, qui a triomphé pendant 2 ans et demi au Trévise ou encore l’indétrônable Arrête de pleurer Pénélope (plus d’un million de spectateurs), qui se joue encore un peu partout, dix ans après !!! Ou encore Sex-Shop une pièce de A. Dana et M. Bourdet. ... Il s’est même essayé aux spectacles visuels et musicaux... récemment avec Le Jour où je suis devenue chanteuse black qu’il coécrit avec Caroline Devismes ; avec Sentires, un ballet flamenco ; 1+1=2, spectacle qui mêlait danse, chant et théâtre ; Le Caprice de Marianne, tour de chant de et avec Marianne James... En 2010, il aborde même la Comédie Musicale avec Mike au théâtre Comédia qui lui rapporte trois nominations aux Molières 2011 dont Meilleur spectacle musical. Nous lui devons aussi l’arrivée de cet « ovni » dans notre paysage théâtral Les Hommes viennent de Mars et les Femmes de Vénus de et par P. Dewandre, qui n’a pas quitté l’affiche du Théâtre du Gymnase pendant huit saisons (spectacle qui bat tous les records de fréquentation depuis sa première au Gymnase, a rempli pendant 3 mois le Casino de Paris, après avoir rempli une semaine l’Olympia et un soir le Zénith de Paris). ... Soulignons sa relation privilégiée avec son auteur de prédilection et ami, René de Obaldia, dont il monte une reprise très remarquée de son western de chambre Du vent dans les branches de Sassafras créé au Théâtre le Ranelagh, prolongé au Petit Théâtre de Paris, puis trois nouveaux impromptus sous le titre d’Obaldiableries, au Théâtre 14, et L’Amour à trois, montage de textes de l’auteur, créé au Théâtre de Poche Montparnasse puis repris à la Comédie Bastille et enfin Grasse Matinée au Théâtre des Mathurins. Ce compagnonnage avec un auteur, il le renouvelle avec Jean-Pierre About dont il avait créé la pièce Le Manège du Pouvoir en 2005 avec, entre autres, Henri Tisot et, dernièrement, Les Ambitieux (Théâtre 14 puis Splendid). En tant que comédien, Thomas joue, depuis 1990, régulièrement au théâtre, date à laquelle il a obtenu le «Jacques» 1990 du meilleur acteur dans un second rôle pour son interprétation dans Maledictis d’après Sacha Guitry. Depuis cette date, il n’a cessé d’être présent sur les planches en étant mis en scène aussi bien par Th. de Peretti (Quai Ouest de B.-M. Koltès, Paris-Plaine), que par J. Pagier (Qui a peur de Virgina Woolf ? de Ed. Albee, Th. d’Etretat puis Centre Mathis) ou encore J. Décombe (Une nuit avec Sacha Guitry, de S. Guitry et A. Sogno, Th. Rive Gauche et Th. Marigny ; puis dernièrement en 2015 au Festival Guitry à Cap d’Ail, Th. des Muses à Monaco) ou J.-L. Jeener (Les Caprices de Marianne d’A. de Musset ; Bérénice de J. Racine (Th. du Nord-Ouest). Etienne Bierry l’a dirigé dans Les Riches reprennent confiance de L.-Ch. Sirjacq (Th. de Poche-Montparnasse et tournée – Trois nominations aux Molières dont «Meilleur spectacle») et Alain Sachs dans La Femme du boulanger de M. Pagnol (tournée, avec Michel Galabru). Il a été également Jean dans Jean et Béatrice de C. Fréchette (Manufacture des Abbesses, Festival d’Avignon) tout d’abord dans la mise en scène de A. Berdat puis dans la sienne. Thomas le Douarec s’est régulièrement mis en scène en particulier dans Sur le dos d’un éléphant dont il est l’auteur, Les Sorcières de Salem de A. Miller, Le Portrait de Dorian Gray d’après O. Wilde, Du vent dans les branches de sassafras de R. de Obaldia, Le Manège du pouvoir de J.-P. About, ainsi que dans L’Amour à trois de R. de Obaldia. Dernièrement, il s’est mis en scène dans Les Ambitieux de J.-P. About. Au cinéma, il a tourné principalement avec des réalisateurs tels que Th. Sorriaux (La Dream Team), L. Jean-Baptiste (Dieu merci), Cl. Lelouch (Roman de gare), B. Werber (Nos amis les Terriens), J. Fanten (Le Petit sanctuaire, court métrage), D. Bourdon et B. Campan (Le Pari), S. Pavel (Les Lettres de mon moulin)... Et à la télévision avec L. Colbeau- Justin (Léo Mattéi 3 – Secrets de famille), N. Herdt (Diane, femme flic – Alliances), S. Ayme (Femmes de loi – Dettes de sang ou Clichés meurtriers).