LE PRINCIPE D'INCERTITUDE
  • Paris, 75014
  • Du 22/09/2022 au 31/12/2022
  • 15h30, 17h00, 20h00 et 21h00
    Durée : 1h30
  • Tout public
L'évènement théâtral de la rentrée. Jean-Pierre DARROUSSIN et Laura SMET pour la première fois réunis !

Découvrir le spectacle

Dans ce monde d’incertitudes, qui peut prédire ce qui rapprochera ou éloignera deux êtres ? Quand Georgie, américaine délurée de 40 ans, et Alex, anglais discret de plus de 70 ans se rencontrent par hasard sur le parvis d’une gare internationale, leur vie s’en trouve bouleversée à jamais. A travers leur rencontre fortuite (ou pas…), Simon Stephens explore la manière dont notre perception des gens et des relations change en fonction de ce que nous savons, de ce que nous voyons, et selon le point de vue duquel nous explorons les choses.

Le principe d’incertitude - référence à la théorie quantique d’Heisenberg - est une pièce qui relate la rencontre poignante et hautement improbable de deux êtres que rien ne devait rapprocher…

« Le Principe d’Incertitude », pièce récente du dramaturge britannique Simon Stephens, raconte ni plus ni moins que la rencontre entre une femme et un homme. Pourquoi alors ce titre qui fait référence au physicien allemand Heisenberg, spécialiste de mécanique quantique et à qui nous devons, en 1927, le fameux théorème du principe d’incertitude ? Peut-être parce que les personnages de Simon Stephens, pareils à ces particules du principe, semblent eux aussi à deux endroits différents au moment d’être mesurées, et comportent, eux aussi, des qualités contradictoires.

Comme nul autre Simon Stephens écrit sur le fil, au gré des étincelles de l’instant sans jamais nous faire sentir que l’intrigue ne soit déterminée à l’avance. Personne ne peut prédire ce qu'il adviendra de cet étrange couple, de ces deux êtres solitaires d’un grand écart d’âge, qui se rencontrent par hasard et se découvrent l’un l’autre dans une spontanéité bouleversante et désarmante.

Le voyage de ces deux personnages dans une relation qui échappe à toute définition impose un théâtre de retenue et de finesse. Oser un théâtre sans paroxysme. Comme si le paroxysme était mental, et en nous entraînant dans un vertige, nous nous retrouvons nous-mêmes ces particules indéterminées impossibles à fixer dans le temps et dans l’espace.  

J’ai connu Simon Stephens en le jouant. C’était « Harper Regan » en 2012, mis en scène par Lukas Hemleb, à Amiens, Paris et en tournée. C’est lui qui plus tard un soir dans un théâtre m’a parlé de cette pièce, de sa rareté. Qu’il en soit remercié.

Chez Simon Stephens le mouvement interne, intime du texte conduit les êtres au plus près d’eux même - là et ailleurs, là où nous sommes tous, à la fois là et ailleurs - si tant est qu’on laisse vivre l’œuvre, aux plus près de deux grands acteurs, pour en faire mieux entendre toute la délicatesse fracassante.

Pour revenir à la mise en scène, il me fallait une pièce qui me soulève dès la première lecture, au sens propre, un texte qui en le lisant m’oblige à me lever de mon fauteuil pour pouvoir continuer. « Le principe d’Incertitude » est de ceux-là.

Louis-Do de LENCQUESAING - metteur en scène




Distribution

Jean-pierre Darroussin et Laura Smet

Équipe artistique

Réserver mes billets
À partir de 44 €

spectateurs & catégories de billets

Choisissez d’abord le nombre et l’âge des spectateurs. Sélectionnez ensuite une catégorie de billets : meilleur prix, meilleur placement, être assis ensemble à tout prix… à vous de choisir.

Le calendrier affiche le prix total du panier. Cliquez sur une date pour passer à l’étape suivante et choisir vos places.

Spectateurs
Adultes
27 - 64 ans
 
Jeunes
13 - 26 ans
 
Seniors
65 ans et plus
 
Enfants
12 ans et moins
 
Sélectionnez une catégorie de billets :
décembre 2022

Théâtre Montparnasse

Théâtre Montparnasse
Théâtre Montparnasse
Théâtre Montparnasse
Théâtre Montparnasse
Théâtre Montparnasse
Théâtre Montparnasse
Construite sur un emplacement voué au Théâtre depuis 1817, la salle actuelle a été édifiée en 1886. Le bâtiment est l’œuvre de l’architecte Charles Peigniet qui a notamment participé à la réalisation du socle de la statue de la Liberté, à New York. Dirigé par Gaston Baty (l'un des membres du Cartel, avec Louis Jouvet, Charles Dullin et Georges Pitoëff), de 1930 à 1943, le Théâtre Montparnasse s’illustre par une programmation brillante et variée, à la mesure du grand animateur moderne qu’il était. Après Marguerite Jamois, Lars Schmidt et Jérôme Hullot en prennent ensemble la direction. Sous leur impulsion sont découverts en France de nombreux auteurs anglo-saxons, tels que Peter Schaffer, Noël Coward, Harold Pinter, Murray Schisgal… servis par les plus grands comédiens. Lorsqu’en 1984, arrive Myriam Feune de Colombi, ancienne comédienne de la Comédie-Française, elle conserve la volonté d’une programmation éclectique et de qualité. Elle contribue en particulier à la reconnaissance de nouveaux auteurs français tels qu’Éric-Emmanuel Schmitt (Le Libertin), Florian Zeller (La Vérité), Gérald Sibleyras (Le Vent des Peupliers, La Danse de l’Albatros), Antoine Rault (Le Diable Rouge, Le Caïman) et crée de nombreux triomphes : Le Souper, La Boutique au coin de la rue, A torts et à raisons… Parallèlement, elle réhabilite le Petit Montparnasse, qui était initialement un ancien entrepôt de décors et qui passe d’une salle de 100 places à une salle moderne de 200 places consacrée à des écritures contemporaines et à la découverte de jeunes talents. Le Théâtre a été co-dirigé par Bertrand Thamin et Myriam Feune de Colombi entre 2006 et 2021. Depuis la disparition de cette dernière, en avril 2021, Bertrand Thamin en assure seul la direction. Le Théâtre Montparnasse et son petit frère, le Petit Montparnasse se sont illustrés par de beaux succès, à la fois critiques et publics. Nommés à de nombreuses reprises aux Molières (117 fois depuis 1987 !), le Molière du meilleur spectacle seul/e en scène a été décerné à Andréa Bescond pour Les Chatouilles, la pièce-évènement qui a triomphé au Petit Montparnasse en 2016 avant son adaptation au cinéma (récompensée par 2 Césars) et le Molière d’honneur remis à Fabrice Luchini qui a fait salle comble dans Poésie ? entre mars 2016 et octobre 2017. En 2018, nous avons comptabilisé 9 nominations pour nos spectacles et avons remporté 4 statuettes ! Notamment celle du meilleur spectacle du Théâtre Privé pour Adieu Monsieur Haffmann, adapté lui aussi au cinéma. En 2019, nous avons accueilli 133.490 spectateurs qui ont découvert l’un des 8 spectacles que nous avons créés dans nos deux salles. L’année 2020 quant à elle nous aura apporté 14 nominations aux Molières et 5 statuettes dont celle du meilleur spectacle, de la meilleure comédienne, du meilleur comédien, de la révélation féminine et du meilleur spectacle musical malgré un contexte sanitaire compliqué. Depuis la réouverture des salles après de longs mois de pandémie, nous sommes heureux, plus que jamais, de retrouver nos spectateurs et nous avons la faiblesse de penser que ce sentiment est partagé !

Le Théâtre Montparnasse s’illustre par une programmation brillante et variée

31 Rue de la Gaité
75014 Paris